logo acmp cgpm
le syndicat militaire

NL

FR

EN

Rechercher un délégué

Il est approprié d’avoir des soldats en rue

21/06/2017

Cela fait déjà 2 ans et demi que des militaires patrouillent dans nos rues. Aujourd’hui, ils sont encore quelque 1.100. Chaque mois, le gouvernement décide de prolonger d’un mois le déploiement de militaires au profit de l’opération Vigilant Guardian. Cette forte présence militaire a déjà débouché sur de nombreuses critiques, tant positives que négatives. L’incident terroriste de ce mardi soir à la gare Bruxelles-Central est l’occasion idéale de placer une série d’éléments dans leur juste contexte.

Il est sain que beaucoup de personnes ne trouvent pas normal que l’armée soit présente dans les rues. Il est également vrai que cela engendre une sensation inconfortable chez bien des gens. Nombreux sont ceux qui souhaitent savoir si le déploiement militaire pour la sécurité intérieure ne se déroule pas que comme remède ultime et uniquement parce qu’il est essentiel et qu’il ne constitue pas une réaction réflexe résultant d’un ardent désir de se profiler sur le plan politique ou qu’il n’a toutefois pas pour objectif exclusif d’engranger un avantage politique.

L’attaque terroriste d’hier, déjouée grâce au professionnalisme et au sang-froid des soldats, est la meilleure preuve que la présence militaire demeure essentielle dans les lieux publics et qu’elle ne procure pas seulement un semblant de sécurité. La contribution militaire à la sécurité intérieure de notre pays a bel et bien une valeur ajoutée, non seulement pour dissuader les actes de terrorisme, mais aussi pour les étouffer dans l’œuf et éviter des victimes. Ne nous laissons donc pas retomber dans la récupération et le ronron politique autour de ce thème. Il est question de notre sécurité essentielle en de très graves circonstances ; cela ne peut donc pas constituer un point pour alimenter une rhétorique politicienne bon marché.

Le citoyen attend en effet d’obtenir la sécurité à laquelle il a droit et pour laquelle il paie des impôts. Quant à savoir qui la lui fournit, cela lui est, en fin de compte, de peu d’importance. C’est pourquoi il attend aussi que l’armée se déploie à l’intérieur des frontières belges quand la sécurité est remise en cause. Et pas seulement en cas de catastrophes naturelles et d’autres calamités. En outre, il s’attend à ce que cette sécurité lui soit délivrée de la manière la plus efficace et efficiente et ce, quel que soit le « fournisseur ».

Le travail de la police est très différent dans son contenu et son style par rapport à un déploiement militaire. Il est donc bon que ce soit la police qui dirige. Les agents de police ont appris, au cours des 30 derniers mois, comment ils pouvaient utiliser au mieux les capacités et les compétences de leurs collègues militaires. De jeunes soldats ont entre-temps découvert comment, dans divers domaines, ils devaient « recalibrer » leurs stricts instincts et leur formation militaires.

Être prêt à utiliser la force létale en dernier recours dans la rue ou dans une gare exige beaucoup de courage et d’entraînement, ainsi qu’une solide capacité de jugement. Raison pour laquelle des soldats réagissent de manière efficace dans cette sorte de circonstances exceptionnelles. Leur expertise professionnelle unique tend complètement à savoir faire face à la violence. Il s’agit en l’espèce, à la fois, d’utiliser de façon légitime la force létale et de résister tant physiquement que mentalement à subir la violence et ce, dans des circonstances les plus extrêmes et les plus accablantes comme à la gare Bruxelles-Central.

C’est pourquoi les militaires sont aussi accueillis avec compréhension, patience et tolérance pour leurs actions. Tout comme ils apprécient les marques de soutien public.

Cela a demandé du courage dans le chef du gouvernement de prendre la décision de déployer des militaires dans nos rues. Toutefois, cela va exiger encore plus de courage pour décider de mettre fin à la présence militaire. Car il est très improbable que nous soyons absolument sûrs, dans le futur, que la menace terroriste aura été complètement annihilée. Nous ne voulons cependant pas évoluer vers une situation qui verrait la présence militaire devenir permanente dans nos villes. À moins que nous ne soyons en péril de manière profonde et continue, nous nous attendons à ce que notre approche sécuritaire intérieure soit rétablie conformément au modèle que notre société attend et apprécie.


Partager cet article sur

Back

329171 BRION3