logo acmp cgpm
le syndicat militaire

NL

FR

EN

Rechercher un délégué

Détachement en  Estonie

07/12/2018

Qu'en est-il de l'équipement d'hiver et de l'utilisation du téléphone portable ?

Équipement d'hiver

Il y a un mois, le syndicat militaire ACMP-CGPM a demandé au chef de la Défense si les 270 militaires belges qui seront déployés en Estonie à partir de janvier 2019 dans le cadre de la mission de dissuasion de l'OTAN Enhanced Forward Presence (eFP_EST-19_01) recevront un équipement d'hiver, en quoi il consistera et quand il sera livré.

Le 6 décembre, nous avons posé les mêmes questions au ministre de la Défense, Sander Loones.

Nous avons reçu aujourd'hui la réponse du cabinet du CHOD. Nous avons repris le texte intégral sur notre site Web. Nos membres peuvent voir en détail quel équipement d'hiver sera distribué.

En résumé, cela signifie qu’en plus des tenues d’hiver basiques déjà présentes dans l’équipement du corps, des équipements supplémentaires seront livrés par la chaîne militaire. De plus, du nouvel équipement d'hiver supplémentaire sera prévu, via une procédure d'achat urgente et ponctuelle qui est actuellement en cours. Le CHOD a promis que l’ensemble de l’équipement d’hiver sera livré à temps. De plus, il est indiqué que les soldats ne seront pas obligés d’acheter du matériel d’hiver supplémentaire sur le marché civil et qu’il n’y aura donc aucune recommandation de ce genre par la hiérarchie.

Naturellement, l'ACMP-CGPM surveillera de près si ces promesses seront tenues.

Carte SIM

Lors de notre intervention auprès du ministre Loones, nous avons également soulevé la question de l'interdiction d'utiliser la carte SIM du GSM personnel. Apparemment, les participants à la mission en Estonie seraient obligés de "rendre" leur carte SIM (belge). En outre, il leur serait interdit d'acheter une carte SIM sur place. La raison invoquée est la ‘sécurité opérationnelle’ (OpsSec), en particulier le fait que la Russie pourrait détecter la présence de soldats belges. En contrepartie, la Défense déploierait les moyens sécurisés nécessaires pour permettre la ‘communication sociale’ avec les familles et l'utilisation d'Internet.

Si cette mesure devait être effectivement appliquée, ACMP-CGPM émet les réserves suivantes:

- Compte tenu des moyens de renseignement dont dispose la Russie, l’utilité d’interdire les cartes SIM belges dans le contexte de l'OpsSec est extrêmement douteuse, voire inexistante.

- Le déploiement de l'armée belge dans les États baltes a déjà fait l'objet de nombreuses publications dans les médias en termes de durée, de lieu et de force numérique. Ce n’est donc plus un secret pour personne. Soit dit en passant, l'objectif du détachement est précisément de dissuader une attaque grâce à la présence et à la visibilité des troupes. A quoi bon se cacher ?

- Pendant le déploiement et les exercices du détachement hors des installations, aucun moyen de communication ni Internet ne sont disponibles - parfois pendant des semaines. Cette situation ne contribuera certainement pas à endiguer les démissions chez les jeunes soldats.

- Nous ne pouvons que constater un traitement ‘deux poids, deux mesures’ de nos militaires en Estonie. D’une part aucune restriction de communication n'est imposée au premier détachement tandis que le second doit rendre ses cartes SIM. Pourtant, les deux unités sont déployées dans la même région et dans les deux cas tant le but de l’opération que ‘l’ennemi potentiel’ sont les mêmes.

Où est la logique et l'utilité de cette mesure ?

C’est la raison pour laquelle nous avons demandé au ministre de nous donner son avis et de nous informer concernant cette problématique. Il va de soi que l’ACMP-CGPM vous communiquera immédiatement de la réponse du ministre Loones.


Back